Home / News / National / Nouvelle absence du ministre Bellevue au sénat, Sénateur Chéramy patient

Nouvelle absence du ministre Bellevue au sénat, Sénateur Chéramy patient

Nouveau report, ce lundi 29 mai, de la convocation du ministre des affaires sociales et du travail, Roosevelt Bellevue au Sénat de la République, au cours de laquelle il devait s’expliquer sur la question du salaire minimum des ouvriers du textile entre autres. Le sénateur Antonio Chéramy, Président de la commission des affaires sociales du grand corps, n’en démord pas : le titulaire du MAST doit se présenter par devant le sénat en vue de trouver une solution aux problèmes que confronte le secteur.

Reconnaissant que la satisfaction doit être tant du coté des ouvriers mécontents que de celui des patrons, Antonio Chéramy annonce la programmation pour ce mercredi d’une séance de travail avec le ministre des affaires sociales.
S’érigeant en défenseur des ouvriers du secteur textile, le sénateur Antonio Chéramy, président de la commission des affaires sociales du sénat, a pris depuis quelques temps à bras le corps le dossier du salaire minimum.
Convoqué au sénat de la République, ce lundi, le ministre des affaires sociales, Roosevelt Bellevue, qui devait s’expliquer sur ce dossier a une fois de plus billé par son absence.
Admettant qu’il ne s’agit pas d’un refus catégorique comme ce fut le cas les deux dernières fois, l’élu de l’Ouest a bien compris que l’engagement du ministre Bellevue ne lui a pas permis de répondre à cette convocation.
‘’Le président du sénat a écrit à la commission pour solliciter le report de la séance, nous nous soumettons dans l’espoir que mercredi prochain le ministre ne nous fera pas faux bond’’, a dit Antonio Chéramy.
Comme il ne rate jamais l’occasion, le sénateur Antonio Chéramy, n’a pas manqué de tirer à boulets rouges sur le président de la République Jovenel Moise qui, veut-il croire, ne maitrise pas la complexité de la question relative à l’augmentation de 800 gourdes réclamée par les ouvriers de la sous-traitance.
‘’Il n’est pas normal que le chef de l’Etat ait affirmé sans maitriser le sujet que le salaire des ouvriers ne peut être doublé’’, s’est époumoné l’élu de l’Ouest ajoutant que c’est au conseil supérieur des salaires (CSS) qu’il revient de dire le mot qu’il faut.
Se présentant en partisan du juste milieu, l’élu de l’Ouest souhaite que la satisfaction puisse régner dans les deux camps : tant du côté des ouvriers que de celui des patrons.
Des informations qui ont fait écho à l’oreille du musicien devenu sénateur, laissent croire que près d’une cinquantaine d’ouvriers ont été révoqués pour avoir manifesté leur ras-le-bol de leur piteuse condition de vie. Face à cette apparente mesure de représailles, l’élu de l’Ouest crie à l’injustice.
Il n’a pas tout le support du sénat dans ce combat pour le relèvement du salaire des ouvriers, mais Antonio Chéramy n’est pas seul. Des sénateurs issus d’autre bord politique lui sont solidaires. C’est le cas de Jean-Marie Salomon qui reconnait la légitimité du mouvement des ouvriers du secteur textile. HPN

Check Also

Pour Jovenel Moise, Donald Trump a raison sur un point

Haiti, El Salvador et les pays d’Afrique sont des trous de merde. Ces propos attribués Donald …